Les pistes du gouvernement pour lutter contre les violences conjugales

Ce mardi 29 octobre, les groupes de travail du « Grenelle » contre les violences conjugales présentent leurs premières propositions, alors que 125 féminicides ont eu lieu en 2019.

Faciliter les signalements par les professionnels de santé, mieux former les forces de l’ordre, instaurer un « brevet contre la violence » dans les écoles… les groupes de travail du « Grenelle » contre les violences conjugales présentent mardi 29 octobre 2019 de premières propositions, dont le gouvernement a promis qu’il allait s’« inspirer ».

Dans les réponses actuellement apportées à ce fléau, « certains processus dysfonctionnent clairement », déplorent les experts, citoyens, associations ou familles de victimes impliqués dans cette concertation, qui doivent remettre mardi quelque 60 propositions à la secrétaire d’État Marlène Schiappa.

« Mesures législatives dans les prochaines semaines »,

« Le gouvernement va désormais examiner ces travaux dans le détail. Les députés s’en inspireront pour porter des mesures législatives dans les prochaines semaines », affirment les services de Mme Schiappa.

Dans un entretien à La Croix paru mardi, la secrétaire d’État fait part de son intérêt pour plusieurs des mesures évoquées dans ce rapport d’étape, notamment l’instauration d’un « protocole clair » avec une « méthodologie précise » pour les policiers et gendarmes amenés à accueillir des victimes de violences conjugales.