Le Burkina Faso en deuil à Noël après la pire attaque djihadiste depuis cinq ans

Par LEXPRESS.fr avec AFP

42 personnes sont mortes dont 35 civils dans le nord du pays, victime d’attaques successives qui ont fait plus de 700 morts depuis 2015.

Le Burkina Faso était en deuil ce mercredi, jour de Noël, après une nouvelle attaque djihadiste au lourd bilan : 42 personnes y ont trouvé la mort.  

Trente-cinq civils, dont 31 femmes, et sept militaires (quatre soldats et trois gendarmes) ont été tués dans cette attaque armée non revendiquée, menée mardi à Arbinda, près de la frontière malienne, au nord du pays. La riposte a permis de tuer « 80 terroristes », a précisé l’état-major des armées. Et « une centaine de motos, de l’armement et des munitions en grande quantité ont également été récupérés » sur les djihadistes en fuite. 

Le président Roch Kaboré a décrété 48 heures de deuil national, ce mercredi et jeudi, en hommage aux victimes de l’attaque, la pire qu’a connue le Burkina depuis cinq ans.