Paris: Anne Hidalgo veut garder ses troupes mobilisées

Paris (AFP)

Elle fait la course en tête, mais le nombre de candidats et les alliances de second tour compliquent le parcours: en meeting mercredi soir, Anne Hidalgo s’est efforcée de battre le rappel de ses troupes pour conserver la mairie de Paris.

Devant environ un millier de militants, élus, colistiers, la candidate de gauche a insisté: « Nous devons nous unir ». « A celles et ceux qui croient que ce Paris est acquis, dites-leur que nous avons face à nous des partisans du retour en arrière » et « le choix que vous aurez à faire les 15 et 22 mars sera déterminant », a insisté la maire sortante lors de son premier meeting, à l’Elysée Montmartre.

Dans la salle, ses soutiens ont prêché la bonne parole à tour de rôle comme la militante LGBT Flora Bolter, Stéphane Martinez (fondateur d’une entreprise de gestion des biodéchets), ou encore Beate et Serge Klarsfeld, présidents de l’association des Fils et filles de déportés juifs de France.

Pour celle qui est élue à Paris depuis 2001 avant de devenir maire en 2014, l’enjeu au-delà de son camp, est de mobiliser « l’électorat populaire et de gauche », confiait récemment à l’AFP un des partenaires politiques, redoutant une abstention forte dans ces arrondissements qui ont connu coup sur coup problèmes de toxicomanie, campements illégaux de migrants, explosion de la délinquance ou rixes.

Le secteur est également convoité par la candidate LR Rachida Dati, qui y multiplie ses déplacements, et poursuit sa percée dans les sondages.