Cameroun : Emmanuel Macron de nouveau sollicité pour obtenir la libération d’un détenu

Lors de sa visite du Salon de l’agriculture à Paris le 22 février 2020, le président Macron est interpellé par un homme sur le sort de militants politiques emprisonnés au Cameroun. Loin d’être repoussé par le service d’ordre, l’homme peut même engager la conversation. Il s’agit de Calibri Calibro, un des leaders de la « brigade anti-sardinards » (BAS). A l’image des « combattants congolais », la « brigade anti-sardinards » boycotte les artistes proches du pouvoir de Paul Biya. Mais elle œuvre aussi pour le respect des libertés fondamentales au Cameroun.

2533 prisonniers politiques

Depuis la rencontre du Salon de l’agriculture, une longue liste de 2533 prisonniers politiques camerounais a été remise aux services de la présidence française. Y figurent des séparatistes anglophones, mais aussi des journalistes, et des militants du parti du chef de l’opposition Maurice Kamto. Ce dernier a lui-même été détenu près de neuf mois en 2019, jusqu’à ce que le président Paul Biya décide de l’arrêt des poursuites. Une décision prise après une forte pression internationale, et en particulier de la part d’Emmanuel Macron.