Congo-Brazzaville, confinement, couvre-feu et instauration d’un « état d’urgence sanitaire »

Face aux risques de propagation du coronavirus, le président Denis Sassou Nguesso a annoncé samedi le confinement du pays, un couvre-feu et l’instauration d’un “état d’urgence sanitaire”

Ces mesures sont valables 30 jours à compter du mardi 31 mars dans ce pays producteur de pétrole d’environ cinq millions d’habitants, a-t-il déclaré dans un discours radio-télévisé.

Le Congo-Brazzaville a officiellement déclaré 19 cas. Dans la République démocratique du Congo voisine, le bilan officiel est passé samedi de 58 à 65 cas, dont six décès. Tous les cas déclarés se trouvent dans la capitale Kinshasa, sauf un identifié vendredi dans la province de l’Ituri dans l’est du pays.

Au Congo-Brazzaville, le confinement concerne l’ensemble de la population “à l’exception de ceux qui travaillent à la fourniture des biens et services indispensables”. Le président n’a pas précisé si les activités pétrolières dans la capitale économique Pointe Noire entraient ou non dans cette catégorie.

Il a tout de même prévu un fonds de soutien des entreprises. Ce, en créant “un Fonds national de solidarité pour le soutien des entreprises, la compensation des pertes de revenus des actifs et l’aide aux personnes vulnérables. Ce fonds doit mobiliser au moins 100 milliards de francs CFA courant avril 2020”. Le couvre-feu est prévu de 20h00 à 05h00 (19h00 à 04h00 GMT). Le président a aussi annoncé “la mobilisation sans faille des forces de défense et de sécurité” pour faire respecter ses décisions.