Le directeur de l’ARS Grand Est limogé après ses propos sur le CHRU de Nancy

Le directeur de l’Agence régionale de santé Grand Est avait suscité un tollé après avoir déclaré qu’il n’y avait « pas de raison de remettre en cause » les suppressions de postes au CHRU de Nancy. Christophe Lannelongue vient d’être limogé, près d’un mois après le début de la crise sanitaire.

Le gouvernement a mis fin ce mercredi aux fonctions de Christophe Lannelongue, directeur de l’Agence régionale de Santé Grand Est. « Le directeur de cabinet du ministre de la Santé m’a contacté ce matin pour me dire que le gouvernement souhaitait mettre fin à mes fonctions en raison du débat sur le CHU de Nancy », a-t-il expliqué à l’AFP.

Propos polémiques

Dans une interview accordée à nos confrères de Libération, l’ancien inspecteur général des Affaires sociales, ex-conseiller de l’ancienne ministre de la Santé Marisol Touraine, évoque «un licenciement politique».

Lors d’une conférence de presse accordée vendredi dernier, Christophe Lannelongue n’avait pas remis en cause la suppression de 598 postes et 174 lits d’ici 2025 au CHRU de Nancy. Le plan était prévu dans les orientations du Copermo, le Comité interministériel de performance et de la modernisation de l’offre de soins. Selon le désormais ex-directeur de l’ARS Grand Est, il n’y avait « pas de raison de remettre en cause » ce plan. « Nous aurons quelques semaines de retard mais la trajectoire restera la même », avait-il ajouté, selon des propos rapportés par nos confrères de l’Est Républicain.