Des milliers de manifestants à Paris « pour dénoncer la violence sociale, raciale, policière »

Assa Traoré a pris la parole au début du rassemblement contre le racisme et les violences policières, place de la République à Paris.


A Paris, la place de la République était bondée de manifestants, rassemblés à l’appel du comité Adama Traoré, jeune homme noir mort en juillet 2016 après son interpellation par des gendarmes en région parisienne. Des pancartes proclament : « Au pays des droits de l’homme, la police tue, on veut les vidéos » ou « tant que nous n’aurons pas la justice, vous n’aurez pas la paix ».
Ils étaient des milliers, samedi en début d’après-midi, à défiler contre le racisme et les violences policières dans plusieurs villes de France, dont de nombreux jeunes vêtus d’un T-shirt noir floqué de ces quelques mots : « Justice pour Adama ».

A 15 heures, la tête de cortège attendait toujours de pouvoir avancer sur le boulevard Saint-Martin. La manifestation n’étant pas déclarée et les rassemblements de plus de 10 personnes restant interdits, la police avait l’intention de contenir les manifestants sur la place de la République, toutefois le cortège a fini par pouvoir avancer en direction de la place l’Opéra.

Assa Traoré, la sœur du jeune homme et figure du comité, a appelé à marcher pour « dénoncer le déni de justice, pour dénoncer la violence sociale, raciale, policière », réclamant à nouveau la mise en examen des gendarmes impliqués dans l’interpellation de son frère.


« La mort de George Floyd – cet Afro-américain tué le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc – a fait directement écho la mort de mon frère. C’est la même chose en France, nos frères meurent (…) », a-t-elle dit, promettant de « continuer le combat » pour la justice.« Quand le peuple français descend, c’est qu’on réclame tous la même chose, une justice juste pour tout le monde », a-t-elle ajouté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire