Régionales : Renaud Muselier porte plainte contre son rival Thierry Mariani

© Sipa Thierry Mariani, candidat du Rassemblement national en PACA, a dénoncé dans une série de tweets les embauches de personnels dans le cabinet de son rival Renaud Muselier, le président de région sortant LR. Celui-ci a porté plainte pour "propagation de fausse nouvelle en période électorale".

Le ton s’est durci dans la bataille pour les régionales en Provence-Alpes-Côte-d’Azur avec le dépôt d’une plainte du président sortant LR Renaud Muselier visant son rival d’extrême droite Thierry Mariani, qu’il accuse de « propagation de fausse nouvelle en période électorale ». A l’origine de cette plainte, révélée mardi par Nice-Matin, des tweets du chef de file Rassemblement national, ancien ministre sarkozyste, affirmant que Renaud Muselier et son prédécesseur Christian Estrosi avaient embauché en 5 ans à la tête de la région plus de personnes à leur cabinet et au service communication que pour la sécurité des transports. « Avec moi, la sécurité des passagers passera en premier », concluait Thierry Mariani.

Un « mensonge », assure Renaud Muselier dans une déclaration à l’AFP, reprochant à son adversaire avec qui il est au coude à coude dans les sondages, d’installer « depuis un mois un climat de fake news permanent ». Renaud Muselier assure, attestation de son directeur général des services à l’appui, avoir « recruté 80 personnes pour la sécurité ferroviaire (…). En parallèle, les effectifs de la communication sont passés de 64 en 2016 à notre arrivée, à 61 aujourd’hui ». « Il est (…) patent que les tweets de M. Mariani dépassent largement (s’agissant de surcroît de fonds publics) le ton polémique qui sied aux campagnes électorales », assène son avocat Xavier Cachard dans sa plainte consultée par l’AFP et présentant un tampon du tribunal judiciaire de Marseille daté de lundi.

En octobre 2020, la chambre régionale des comptes de Provence-Alpes-Côte d’Azur avait épinglé la gestion du personnel du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur entre 2015 et 2018, dénonçant un nombre de collaborateurs de cabinets supérieur à celui prévu par la loi, tout en reconnaissant que la région présentait « une situation financière globalement satisfaisante ».

« Deux vieux barons de la droite locale »
Plusieurs sondages ont donné depuis le début de la campagne Thierry Mariani en tête au premier tour des futures élections régionales, puis gagnant au second tour en cas de triangulaire avec Renaud Muselier et le candidat de la gauche et des écologistes Jean-Laurent Felizia. En cas de duel au second tour, Renaud Muselier et Thierry Mariani, sont donnés au coude à coude.

Mardi, Jean-Laurent Felizia a reçu une visite de soutien de l’eurodéputé EELV Yannick Jadot. La veille, il avait renvoyé ses deux principaux adversaires dos à dos, dans une déclaration prononcée devant l’hôtel de région: « Je n’accepte pas cette mascarade : une mauvaise pièce de théâtre jouée par deux vieux barons de la droite locale, qui ont fait 30 ans de carrière politique ensemble, avec les mêmes partis, les mêmes amis, les mêmes pratiques ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire